Accusations et provocations permanentes contre la Russie

Le gouvernement allemand est un pit-bull volontaire des bellicistes américains.

Par Wolfgang Bittner.

Le gouvernement allemand ne manque jamais une occasion de blâmer la Russie, sous la menace de sanctions, pour des incidents qui n’ont pas été prouvés. En mai 2020, il s’agissait d’attaques de pirates informatiques contre le Bundestag allemand en 2015, prétendument menées par la Russie. La chancelière Angela Merkel, qui s’était déjà distinguée par des discours de haine et des expulsions diplomatiques pour la tentative d’assassinat de l’agent double britanno-russe Skripal, a parlé d’une attaque monstrueuse qui lui a été très pénible et a appelé à des réactions sévères. Elle n’avait rien fait quand elle a appris que les services secrets américains, la NSA, surveillaient les communications allemandes et mettaient même son téléphone portable sur écoute.

Récemment, le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas a repris l'“attaque monstrueuse de pirates informatiques“ de la Russie lors d’un voyage à Moscou et a répété les accusations sans présenter la moindre preuve. Il a également évoqué le meurtre d’un Tchétchène de nationalité géorgienne le 23 août 2019 dans le parc Tiergarten de Berlin, qui est également attribué à la Russie. Cet incident a également déclenché une crise – l’une des nombreuses crises de ces dernières années – dans les relations germano-russes et a entraîné l’expulsion de diplomates. Bien que le procès devant la Cour d’appel de Berlin soit toujours en cours, Maas a déjà menacé d’en subir les conséquences.

Même le président fédéral Frank-Walter Steinmeier ne peut s’abstenir de commettre des erreurs occasionnelles contre la Russie. Même en tant que ministre des affaires étrangères du gouvernement Merkel, il a accusé à plusieurs reprises la Russie de ne pas tenir compte du droit international dans le renversement des faits, par exemple dans les litiges concernant la Syrie, le Venezuela et l’Ukraine. Il a qualifié Donald Trump, qui s’est exprimé en faveur de la paix avec la Russie, de „prêcheur de la haine“ et, lorsque le Monténégro a rejoint l’OTAN, il s’est révélé être un représentant des intérêts américains. Comme, selon Steinmeier, l’alliance occidentale est incapable de changer la Russie, il considère qu’une relation distante est appropriée.

Il est évident qu’il n’est pas possible d’entretenir une relation rationnelle avec la Russie avec de tels hommes politiques, qui sont souvent rejoints par des propagandistes russophobes de l’OTAN tels que le candidat de la CDU à la chancellerie Norbert Röttgen, la ministre fédérale de la défense Annegret Kramp-Karrenbauer ou Reinhard Bütikofer, député européen des Verts, qui agit avec férocité en arrière-plan. Il y a de la suspicion, de l’insinuation et de l’agitation, et il est étonnant de voir comment le président russe Poutine et le ministre des affaires étrangères Lavrov réagissent à cela avec calme et objectivité.

Le long chemin vers l’opposition

Beaucoup de personnes en Allemagne aimeraient voir des relations pacifiques et constructives avec la Russie. Mais cela a été empêché pendant plus d’un siècle par les intrigues américaines et britanniques. L’Allemagne et la Russie ne devraient pas s’unir car cela serait contraire aux prétentions impériales des États-Unis en particulier. À deux reprises au cours du siècle dernier, l’Allemagne et la Russie ont été placées en opposition l’une par rapport à l’autre, avec des conséquences catastrophiques. En 1945, l’Allemagne de l’Ouest a été établie comme la sphère d’influence des États-Unis, devenant son État de première ligne et sa tête de pont vis-à-vis de l’Union soviétique et de la Russie.

En 1990, à l’initiative du président russe de l’époque, Mikhaïl Gorbatchev, les deux États allemands issus du Reich démembré après la fin de la Seconde Guerre mondiale ont été réunis. Les puissances occidentales victorieuses avaient tiré un rideau de fer à travers l’Europe et en plein milieu de l’Allemagne et déclaré l’Union soviétique comme leur ennemi. Cette politique de confrontation, qui avait conduit à la guerre dite froide, devait prendre fin.

Mais après une brève période de relative tranquillité, les États-Unis ont recommencé à démanteler et à empoisonner les relations laborieusement entamées entre l’Allemagne et la Russie. L’OTAN, contrairement à ce qui avait été convenu, s’est avancée jusqu’aux frontières russes, où des fusées ont été stationnées et des bases militaires établies sous des prétextes peu convaincants. Mikhaïl Gorbatchev et Vladimir Poutine, mais aussi Helmut Schmidt et Egon Bahr, ont averti à plusieurs reprises d’une „grande guerre“ à laquelle aucun d’entre nous ne survivrait. Quiconque est bien intentionné et sain d’esprit ne peut que condamner et combattre dans les termes les plus forts la politique inhumaine d’agression et de sanctions menée par les États-Unis.

Le peuple veut la paix et l’amitié avec la Russie

Lors d’une tournée de conférences en Russie en 2016, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui – malgré tout ce que l’Allemagne nazie a fait à leur pays – étaient amicales et sans ressentiment, pleines de confiance dans une meilleure vie commune. Ils ont regretté l’aliénation et l’hostilité croissantes suscitées par les politiciens occidentaux depuis la fin des années 1990. Certains ont attribué l’implication de l’Allemagne dans cette affaire à son manque de souveraineté et à un gouvernement soumis à l’influence écrasante des États-Unis. Quand j’ai accepté la proposition, nous nous sommes rapidement mis à discuter.

L’Allemagne et la Russie ont une histoire longue et mouvementée, dont les aspects positifs ne doivent pas être oubliés. Au cours des siècles, il y a eu des périodes de commerce animé, d’échanges culturels et scientifiques. Maintenant que les catastrophes du siècle dernier viennent à peine d’être surmontées, il convient d’exploiter au plus vite les aspects positifs d’un voisinage prospère et amical plutôt que l’hostilité.

La paix et l’amitié avec la Russie n’est pas seulement un souhait de la grande majorité de ces deux pays, c’est la condition de base pour une Europe pacifique et prospère. Comme la caste politique berlinoise l’ignore constamment, il reste à voir si cela deviendra au moins un thème de campagne électorale pour la gauche dans le parti DIE LINKE. Ce faisant, ils pourraient rendre un service inestimable à la paix en Europe et, en outre, marquer des points.

L’écrivain et publiciste Dr. jur. Wolfgang Bittner vit à Göttingen. En 2019, il a publié le roman „Die Heimat, der Krieg und der Goldene Westen“ (La patrie, la guerre et l’Ouest doré) ainsi que le livre de non-fiction „Der neue West-Ost-Konflikt – Inszenierung einer Krise“ (Le nouveau conflit Ouest-Est – Mise en scène d’une crise).

Voir aussi : https://kenfm.de/im-gespraech-wolfgang-bittner/

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Source de l’image: Paopano / shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter les vues de la rédaction.

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux magasins d’Apple et de Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort