BILD harcèle à nouveau : « Les propagandistes du Kremlin provoquent une émeute au sujet du coronavirus »

Par Uli Gellermann.

Julian Röpcke est le rédacteur responsable du département politique du quotidien Bild-Zeitung. Röpcke s’est récemment approché : Par courrier électronique, il a demandé à Uli Gellermann : « Quel type de relation d’affaires avez-vous avec Sputnik Deutschland ? » Et aussi le montant de la rémunération que Gellermann recevrait des Russes. Röpcke pratiquait un vieux rituel : celui qui parle aux Russes, voire publie à travers leurs médias, doit être « payé », c’est-à-dire être un agent de Moscou. Röpcke n’est pas intéressé par le contenu, mais il est horrifié que quelqu’un parle aux Russes.

Après que Röpcke n’ait pas trouvé le moindre indice de financement, il a lâché un peu plus tard le gros chien BILD : « Les propagandistes du Kremlin provoquent une émeute au sujet du coronavirus ». Le titre fait référence à la promenade publique sur la place Rosa- Luxemburg-Platz pour défendre la Constitution. Cette promenade a été appelée par le « Kommunikationsstelle Demokratischer Widerstand » et par Uli Gellermann. D’ailleurs, dans son article, Röpcke a également accusé les médias russes de vouloir provoquer le chaos et l’anarchie dans les rues allemandes parce qu’ils laissent différents experts exprimer leurs opinions sur les mesures du Gouvernement fédéral allemand vis-à-vis du coronavirus.

Röpcke, qui connaît seulement la Constitution par ouï-dire, ne veut naturellement pas s’occuper des préoccupations des promeneurs sur la Rosa-Luxemburg-Platz. Il préfère accuser les défenseurs de la Constitution allemande d’être au service d’une puissance étrangère : « Mais il semble maintenant que les employés, les auteurs et les sympathisants des deux chaînes du Kremlin prennent les choses en main. » Signifie : Lorsque l’anarchie planifiée par le Kremlin n’a pas été brisée par les rapports de Sputnik et de RT Deutsch, des acolytes du Kremlin ont pris le contrôle de l’organisation. Bien entendu, il n’y a pas de contenu, ni de preuve, mais l’essentiel est que la saleté du BILD reste collée.

Des médias tels que le quotidien BILD abusent de la liberté de la presse inscrite dans la Constitution pour une diffamation primitive, mais ils ne sont évidemment pas prêts à s’engager dans un débat ouvert et démocratique sur les mesures illégales de répression du gouvernement. Malheureusement, dans le camp du BILD se trouve également le quotidien « taz », qui a licencié un initiateur de la manifestation de défense de la Constitution (Anselm Lenz) parce qu’il avait exercé son droit fondamental tout en refusant de lui verser sa rémunération. La formation illégale de la République fédérale suit son chemin :

Un pays, un virus, une opinion.

Source :

  1. https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/verbotene-demos-gegen-massnahmen-kreml-propagandisten-schueren-corona-aufruhr-69866638.bild.html


+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Source de l’image: Cineberg / shutterstock

+++

Cet article est paru sur le blog Rationalgalerie le 08 avril 2020.

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter l’opinion de la rédaction.

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux magasins d’Apple et de Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Vous aimez notre programme ? Pour plus d’informations sur les possibilités de soutien, voir : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort