Coronavirus – Fin de la partie : la surabondance d’argent n’empêchera pas le crash

Par Ernst Wolff.

Le coronavirus se propage rapidement en dehors des frontières de la Chine et a maintenant atteint plus de trente autres pays. En Corée du Sud, six cents infections et cinq décès ont été enregistrés depuis dimanche. Dans la ville de Daegu (de la taille de Hambourg ou de Munich), qui compte des millions d’habitants, on a dit aux habitants de ne pas quitter leur domicile. À Gumi, l’un des plus grands sites de production de téléphones portables du groupe mondial Samsung a suspendu le travail pour le moment. À Icheon, le fournisseur d’Apple Hynix a renvoyé huit cents employés chez eux après la découverte d’un cas d’infection. Le niveau d’alerte le plus élevé est en place dans tout le pays depuis dimanche.

Le développement s’accélère également au Moyen-Orient et en Europe. Les premiers cas ont été enregistrés au Liban et en Israël. L’Iran a enregistré huit décès, 43 infections confirmées et 750 cas suspects depuis dimanche. Dans la ville iranienne de Ghom, toutes les écoles et universités ont été fermées ; les 1,2 million d’habitants ont été priés d’éviter tout contact physique inutile. L’Irak, la Turquie et le Pakistan ont fermé la frontière avec l’Iran et, comme le Qatar, y ont suspendu le trafic aérien.

En Italie, trois personnes infectées sont mortes depuis dimanche. Vendredi, les autorités de dix villes du nord de l’Italie ont ordonné la fermeture d’écoles, de bureaux gouvernementaux et d’autres bâtiments publics. Les magasins d’alimentation, les bars, les discothèques et les centres sportifs doivent également rester fermés pendant au moins une semaine dans les zones touchées. Samedi soir, un décret a été publié, interdisant à 53 000 habitants des zones touchées de quitter leur lieu de résidence sous la menace d’une peine de trois mois de prison.

La Chine a désormais restreint la liberté de circulation de 760 millions de personnes. Dans la province de Hubei en Chine, le centre de l’épidémie, des centaines de nouvelles infections ont été signalées cette semaine dans les hôpitaux et les prisons. Plus de 300 000 conteneurs s’empilent actuellement dans les ports chinois, car de nombreux travailleurs migrants ne sont toujours pas autorisés à reprendre leur travail. Les cargos s’entassent devant les ports, et le trafic maritime de la Chine vers l’Europe et l’Amérique a déjà diminué de plus de cinquante pour cent.

Les autorités de Hubei ont exclu la réouverture des usines avant le 10 mars. Il est plus que douteux que la production puisse effectivement reprendre le 11 mars. Le président Chi, qui avait annoncé il y a une semaine seulement la « victoire imminente sur le virus », a parlé vendredi d’une « situation sombre et grave » à Hubei.

Les perspectives dans tous les autres pays touchés sont également sombres et inquiétantes, car il n’y a actuellement pas un seul pays au monde dont le système de santé est préparé à une ruée de malades aussi importante que celle que connaît la Chine.

Par-dessus tout, les perspectives économiques des travailleurs du monde entier sont également sombres et inquiétantes. L’immobilisme de la Chine sera sévèrement ressenti dans le monde entier au cours des prochaines semaines, par le biais de perturbations dans les échanges et les chaînes d’approvisionnement. La mondialisation des dernières décennies, qui a conduit à une étroite imbrication transnationale de tous les processus économiques, aura des effets dramatiques. Des industries entières seront confrontées à des problèmes d’approvisionnement et réagiront par le travail à court terme et les licenciements. Dans le même temps, on peut déjà s’attendre à ce que la baisse de l’offre résultant des goulets d’étranglement entraîne une hausse des prix dans de nombreuses régions si la demande reste constante.

Il faut également supposer que les grands investisseurs tenteront de tirer profit de la crise en achetant de grandes quantités de marchandises, réduisant ainsi davantage l’offre déjà en déclin et offrant ensuite les marchandises à des prix gonflés.

En conclusion, cette crise affectera surtout la population active, et ce à un moment où les inégalités sociales prennent des proportions de plus en plus importantes. Début février, Elon Musk, qui détient 19% des actions de Tesla, a augmenté ses actifs en un seul jour de 17%, soit une hausse de 4,5 milliards de dollars du prix des actions de Tesla. C’est la plus forte augmentation de la richesse d’une seule personne dans toute l’histoire de l’humanité.

En raison de cette intensification de l’inégalité sociale, des conflits sociaux majeurs ne peuvent plus être exclus. La crainte de ces bouleversements est probablement l’une des raisons pour lesquelles presque tous les gouvernements ont jusqu’à présent réagi de la même manière – totalement inadaptée à la gravité de la situation :

Au lieu d’émettre des avertissements, ils ont minimisé les dangers et fourni au public des informations insuffisantes ou trompeuses. En Chine, par exemple, la semaine dernière a été marquée par le cinquième changement des critères utilisés pour établir les statistiques officielles sur la maladie de Covid-19 – avec pour conséquence que les doutes sur l’exactitude des chiffres se multiplient au sein de la population gravement inquiète. En Iran, jusqu’à ce que les premiers décès soient signalés, le gouvernement a nié qu’il y ait eu la moindre infection.

Aux États-Unis, où les premiers cas d’infection ont également été signalés, plusieurs États ne disposent toujours pas des tests nécessaires pour détecter l’infection. D’autres États ont déjà annoncé qu’ils ne publieront pas de statistiques sur les infections et les décès, en invoquant la protection des données. À New York, un post sur Facebook du service d’incendie concernant l’admission d’un homme qui est rentré de Chine avec des soupçons sur Covid-19 a été supprimé peu de temps après – sous prétexte de ne pas vouloir alarmer le public. Au lieu d’informer le public de manière appropriée, des informations extrêmement importantes sont retenues.

Tout comme les gouvernements, l’industrie financière a jusqu’à présent réagi à la crise du coronavirus. Indépendamment de tous les aspects et conséquences humanitaires, des préparatifs sont en cours pour de nouvelles injections d’argent dans le système afin de le maintenir en vie et de garantir que les ultra-riches disposent d’une source de richesse supplémentaire.

La semaine dernière, la banque centrale chinoise a baissé son taux directeur et a annoncé qu’elle assouplirait les exigences en matière de réserves pour que les banques puissent fournir des crédits bon marché aux entreprises en difficulté. Grâce à cette mesure, les marchés boursiers de Shenzhen et de Shanghai ont augmenté de 1,6 % et de 2 % respectivement. En d’autres termes, la mesure n’a pas profité aux entreprises en difficulté, mais a plutôt déclenché un nouveau cycle de spéculation sur les marchés boursiers.

Cependant, les événements en Chine montrent également la situation désespérée dans laquelle les banques centrales se sont enfoncées par le biais de leur politique monétaire laxiste. Après douze ans passés à s’assurer que nous avons affaire au plus grand casino financier de tous les temps, toutes les mesures qu’ils prennent maintenant n’ont qu’un seul effet : alimenter davantage ce casino.

Quiconque pense que cela peut durer indéfiniment se trompe. L’interruption des chaînes d’approvisionnement va bientôt mettre l’économie réelle en difficulté dans le monde entier. La négligence de l’économie réelle a transformé de nombreuses entreprises en sociétés dites « zombies ». Ils sont fondamentalement non rentables, mais ils ont pu garder la tête hors de l’eau grâce à l’argent bon marché et à l’endettement croissant.

Si les investisseurs réalisent maintenant que ces entreprises sont en détresse existentielle à cause des problèmes d’approvisionnement provenant de la Chine, ils exigeront le remboursement de leur argent. Par conséquent, ces entreprises n’auront pas d’autre choix que de déclarer faillite. Il est donc très probable que nous assisterons à un effondrement du château de cartes de la dette mondiale dans un avenir proche. Si les banques centrales devaient tenter de l’éviter, la seule chose qu’elles pourraient faire serait d’ouvrir tous les distributeurs d’argent de et d’introduire des taux d’intérêt négatifs en même temps. Mais un tel afflux d’argent est susceptible de détruire définitivement la confiance des gens dans le système monétaire.

Par conséquent, les banques centrales n’ont aucun moyen de sortir de la situation actuelle. Le coronavirus est rapidement devenu un accélérateur de feu pour les problèmes du système financier mondial et la question cruciale aujourd’hui n’est plus de savoir si, mais seulement quand l’effondrement aura lieu.

Y a-t-il un moyen de l’empêcher ? Non, l’avalanche a déjà commencé, sa descente ne peut plus être arrêtée. Y a-t-il un moyen de se protéger ? Oui, de plusieurs façons. Compte tenu de la menace médicale, il est tout à fait logique à l’heure actuelle de se préparer à une éventuelle période de quarantaine plus longue en achetant des masques faciaux et des désinfectants virucides pour les mains, ainsi qu’en faisant des réserves de nourriture. Étant donné qu’une grande partie des médicaments avec lesquels nous faisons du commerce proviennent de la Chine et qu’il faut s’attendre à des goulets d’étranglement et à des défaillances de livraison, les patients souffrant de maladies chroniques ont tout intérêt à se procurer immédiatement des médicaments vitaux.

Comme en cas de crash, un jour férié, c’est-à-dire une fermeture temporaire des banques, est à prévoir (il suffit de penser à la Grèce et à Chypre), il est conseillé de garder une certaine quantité de liquidités en stock. Pour sécuriser votre propre épargne, il est conseillé de parier sur l’or, dont le prix augmente depuis plusieurs semaines maintenant malgré toutes les manipulations de l’industrie financière. Afin de se préparer à une dévaluation de l’argent dans la vie quotidienne, il est conseillé de conserver des pièces d’argent.

Ceux qui parient actuellement sur des crypto-monnaies doivent savoir qu’ils pourraient subir le même sort que ceux ayant de l’argent liquide. En fin de compte, l’argent liquide n’est rien d’autre que du papier imprimé, tandis que la monnaie électronique n’est qu’un enregistrement de données. Dans les deux cas, le paiement ne fonctionne qu’aussi longtemps que le bénéficiaire est convaincu de la valeur de l’argent qui lui a été donné. Cette conviction risque de disparaître rapidement en temps de crise.

Mais surtout, il est important d’établir des réseaux sociaux afin de ne pas être laissé seul en cas d’urgence. Ceux qui vivent dans l’isolement auront beaucoup plus de mal à survivre cette période difficile à venir, et certainement un peu moins de chance d’en sortir indemnes.

Ces propositions sont-elles exagérées, sont-elles des tactiques destinées à créer de la panique ? Non, certainement pas, car ce à quoi nous sommes confrontés est sans précédent. La grippe espagnole, par exemple, à laquelle on compare souvent la pandémie du coronavirus, est survenue à une époque où la production était encore locale et régionale, où il n’y avait pas de trafic aérien et où les gens se déplaçaient rarement. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui, ce sont les conséquences d’une mondialisation débridée qui a apporté des profits époustouflants à quelques-uns pendant des décennies, mais qui a été menée sans pitié et sans aucun sens des responsabilités envers la majorité des gens et aussi envers les générations futures, et qui conduit aujourd’hui à une situation dans laquelle l’apparition d’une maladie sur un marché en Chine menace le bien-être des gens de toute la planète.

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier l’article.

+++

Source de l’image: olympuscat / Shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter l’opinion de la rédaction.

+++

Soutenez-nous avec un abonnement : https://steadyhq.com/de/kenfm

+++

Vous aimez notre programme ? Pour plus d’informations sur les possibilités de soutien, voir : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort