Economie mondiale : le calme avant la tempête |

Par Ernst Wolff

Ces jours-ci, nous connaissons le calme qui précède la tempête dans l’économie mondiale et le système financier global. L’effondrement des marchés financiers en mars est passé au second plan dans l’attention du public, tout comme la fermeture d’industries entières et la perturbation des chaînes de distribution mondiales en mars et avril.

Bien qu’il soit maintenant largement connu que nous sommes actuellement confrontés à la pire récession des temps modernes, que cette fois le système financier ne pourrait être maintenu en vie que par des trillions d’injections monétaires et que jamais dans toute l’histoire de l’économie il n’y a eu une telle vague de licenciements et autant de travail à court terme que cette année – mais cela ne semble pas être un problème pour la majorité des gens en ce moment.

Il y a probablement deux raisons principales expliquant cette attitude : premièrement, pendant des mois, les politiciens et les médias traditionnels se sont concentrés avec un succès considérable sur la promotion de la peur qu’ils ont générée au sujet des conséquences de Covid-19. Deuxièmement, les deux agissent comme si l’économie était maintenant sur la voie de la reprise et qu’une amélioration était déjà en vue.

Étant donné que la réputation et la crédibilité des hommes politiques et des grands médias ont beaucoup souffert ces derniers mois, il est peu probable que le nombre de personnes qui croient réellement à une reprise économique aussi miraculeuse soit très important. Le fait que la majorité des gens ont tendance à éviter la question est probablement dû au fait que les cris de panique de ces derniers mois ont maintenant créé une peur générale profonde de l’avenir chez de nombreuses personnes, ce qui a poussé la majorité à faire l’autruche.

La tâche la plus importante à l’heure actuelle est donc de briser cette rigidité paralysante. Mais comment ? Il n’y a qu’un seul moyen : en versant du vin pur à la majorité insécurisée, même si elle ne veut pas l’entendre, en l’informant sans relâche des développements en cours et en gagnant ainsi sa confiance exclusivement par des analyses correctes. Cela demande de la patience, mais c’est un processus qui ne peut être accéléré artificiellement.

Pour la mettre en route, il faut d’abord faire comprendre aux gens que le confinement a mis en mouvement une chaîne de développements qui se déroule actuellement avec une logique inexorable et qui – à condition que personne ne s’y oppose effectivement – détruira notre société sous sa forme actuelle, déclenchera d’énormes bouleversements sociaux et donnera à un triumvirat numériquement minuscule de politiciens, d’institutions financières et de sociétés numériques la possibilité d’établir une dictature financière numérique sur les ruines du système existant.

Voilà ce qui nous attend tous :

L’économie, qui a été comprimée par un effondrement de l’offre et un choc simultané de la demande des deux côtés, ne se redressera pas. Rien qu’en Allemagne, des centaines de milliers d’emplois seront perdus dans l’industrie cet automne et cet hiver. Des licenciements massifs sont imminents dans les secteurs de l’automobile et de l’aviation, ainsi que dans le tourisme, le commerce de détail et la banque. Plus d’un demi-million d’entreprises ne peuvent assurer le service de leurs dettes qu’en en contractant de nouvelles, et des dizaines de milliers de détaillants et d’entreprises de gastronomie sont au bord de la faillite.

En raison de cette situation, les banques sont assises sur une montagne sans cesse croissante de créances douteuses – avec pour conséquence que les caisses d’épargne et les banques coopératives , qui vivent principalement de ce commerce, sont entraînées de plus en plus profondément dans le gouffre. Pour y remédier, le gouvernement a déjà prolongé la durée du temps de travail à court terme et la suspension de l’obligation de déposer une demande d’insolvabilité.

Toutefois, aucune de ces mesures ne résout le problème fondamental, mais se contente de le reporter et de créer un nouveau problème en retour : les dépenses qui en résultent, ainsi que l’effondrement des recettes fiscales, élargissent le trou déjà énorme du budget de l’État et créent les conditions qui nous permettront d’envisager à l’avenir des politiques d’austérité beaucoup plus strictes que celles que nous avons connues jusqu’à présent, ce qui signifie avant tout : des réductions drastiques des dépenses sociales, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et des infrastructures publiques.

Comme tous ces développements vont réduire le pouvoir d’achat général, les responsables n’auront pas d’autre choix que de recourir à la monnaie hélicoptère. Cela conduira très rapidement à une dévaluation de plus en plus importante de la monnaie, contre laquelle il n’y aura qu’un seul remède : l’introduction de monnaies numériques de banque centrale.

Comme ces monnaies sont des monnaies semi-privées, cela signifierait le passage à un système dans lequel nous serions réglementés, contrôlés et manipulés par un cartel de groupes numériques, de prestataires de services financiers et de banques centrales, et dont il serait très difficile d’échapper aux griffes.

Ne devons-nous pas désespérer face à cette évolution, prévisible à tous les stades, et à l’immense pouvoir de ceux qui la font avancer ? La lutte contre ce fléau n’est-elle pas perdue d’avance ?

Certainement pas, car le temps où l’opportunité de la reprise économique peut être maintenue touche à sa fin. Nous sommes à un tournant historique en automne 2020. Nous sommes confrontés à des effondrements économiques et financiers de proportions monumentales. Ils permettront à des millions de personnes de ressentir directement les conséquences dévastatrices de la politique Corona. Non seulement ces personnes seront confrontées à un conflit très personnel, souvent existentiel, avec le système existant, mais elles seront aussi à l’écoute de voix qu’elles n’ont jamais entendues auparavant ou qu’elles ne voulaient pas entendre.

Nous avons tous une occasion historique devant nous – la possibilité d’atteindre un grand nombre de personnes, non pas par la force, non pas par des slogans ou de la propagande, mais par un travail éducatif systématique et de leur faire comprendre qu’il est temps de réorganiser le monde des affaires et les structures sociales qui en dépendent – non pas dans l’intérêt d’une minuscule minorité cupide, mais dans l’intérêt de la majorité des travailleurs et des contribuables.

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Source de l’image: Nadiia Ruda / shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter les vues de la rédaction.

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux magasins d’Apple et de Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort