Euro-Balkan – L’Union européenne s’effondre et veut pourtant s’agrandir

Un commentaire de Uli Gellermann.

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne l’ont repoussée une fois de plus, mais lors du sommet des Balkans occidentaux en mai 2020, elle doit enfin être mise à l’ordre du jour avec succès : l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord est revendiquée par des médias ordinaires comme si les deux pays étaient les Eldorado du moderne, Jean-Claude Juncker le Pizarro de notre époque. Les deux pays en difficulté devraient-ils remplacer la riche mais fugitive Angleterre ?

Le taux de chômage dans le nord de la Macédoine est estimé à 23,7 pour cent en 2017 et est probablement plus élevé. La seule industrie florissante est la corruption. La dette nationale s’élève à 4,0 milliards de dollars et les blessures de la guerre civile au début de 2001 ont à peine cicatrisé. En Albanie, la situation n’est guère meilleure : le taux de chômage s’élevait officiellement à 17,9 % en 2014. La dette extérieure du pays s’élève à 8,437 milliards de dollars américains. Seul le trafic de drogue et la criminalité sont en plein essor : l’ambassadeur des États-Unis en Albanie, Donald Lu, connaissait quatre clans importants dans le pays qui contrôlent 20 familles dans un large éventail d’activités criminelles. Le HANDELSBLATT appelle l’Albanie „la Colombie de l’Europe“.

Il n’y a pas de raisons économiques concrètes à l’élargissement de l’Union européenne ni d’option nouvelle dans la politique d’immigration de l’UE. Car bon nombre des mendiants dans les rues d’Europe occidentale viennent précisément des États qu’un courant dominant inconscient aimerait tant recevoir, même si tous ceux qui ont raison le savent : les pays et les gens pauvres sont mieux aidés à la source de la pauvreté, pas par l’émigration. Mais SPIEGEL, qui est trop suffisant, répond à la question de savoir pourquoi l’admission pousse : „L’Union européenne veut aussi contrecarrer l’influence croissante de la Russie et de la Chine dans la région par une nouvelle tentative d’élargissement dans les Balkans occidentaux“.

La géostratégie bien connue et maléfique est le moteur de l’élargissement de l’Union européenne. Bien que l’Albanie soit devenue membre de l’OTAN en avril 2009 et que l’ex-République yougoslave de Macédoine du Nord devienne probablement le 30ème membre de l’OTAN en 2020 au plus tard, une chose est certaine. Car dans les dossiers de l’Occident, on constate que la république de Yougoslavie, pour laquelle la Fédération des communistes de Macédoine s’est battue, a existé jusqu’en 1991. Il y a eu, bien sûr, une influence russe, soviétique pendant un certain temps. Et dans l’Albanie autrefois socialiste, il y avait de fortes influences chinoises. Aujourd’hui, les Chinois ont acquis la concession de l’aéroport de Tirana. Ils prévoient d’agrandir le port et de construire une nouvelle route vers la Macédoine pour 200 millions d’euros. La Chine est désormais le deuxième partenaire commercial de l’Albanie.

Le feuilleton allemand accompagne le débat balkanique d’une voix aiguë avec une discussion sur le prix Nobel de littérature pour Peter Handke. Dans le SPIEGEL, l’écrivain reçoit le titre „Cette coexistence flagrante du travail et de la merde“ et la „taz“ note „Une élection non civilisée“. Le feuilleton est depuis longtemps VERT et le rôle guerrier du ministre des Affaires étrangères Fischer et de ses épigones doit rester silencieux jusqu’à aujourd’hui. Les mots clairs de Handke troublent beaucoup l’image : „On peut tricher le plus et gagner le plus avec des images et des mots“, l’écrivain connaissait l’enthousiasme des médias pendant la guerre en Yougoslavie. Et lorsqu’il déclarait à propos des attentats à la bombe en Yougoslavie, faisant allusion aux affirmations d’Auschwitz des Fischer et des Scharpings, „à l’époque, c’étaient des robinets à gaz et des chambres à canon ; aujourd’hui, ce sont des tueurs informatiques à 5 000 mètres d’altitude“, il fallait d’urgence le faire injurier de l’entreprise littéraire.

Les stratèges occidentaux sont toujours à la recherche d’États supplémentaire pour une guerre avec la Russie, pour des sites de débarquement et des zones de déploiement. Peu importe que l’Union soviétique ait disparu depuis longtemps et que son Etat successeur ne soit pas socialiste. La transformation de la Chine en une économie de marché avec des parts de l’État semble également avoir contourné les idéologues des groupes de réflexion occidentaux : L’ancien préjugé peut être trop bien utilisé dans la nouvelle situation concurrentielle. Se mobiliser pour un EURO-Balkan qui ne sert ni les peuples des Balkans ni ceux d’Europe occidentale.

Source de l’image : Botond Horvath/shutterstock

+++

Cet article a été publié le 21 octobre 2019 sur le blog de la Rationalgalerie.

+++

KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions des invités ne doivent pas nécessairement refléter le point de vue éditorial.

+++

Vous aimez notre programme ? Des informations sur les options d’assistance sont disponibles ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin Adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort