La jeunesse et l’amour pendant la période du coronavirus | Par Werner Köhne

Par Werner Köhe.

Bisous autorisés !

Dimanche prochain, le jour de la Saint-Valentin 2021, la fête de l’amour du nouveau syndicat Demokratischen Gewerkschaft (DG) aura lieu à Hanovre sur la Schützenplatz. Au moins 5 000 démocrates, syndicalistes, étudiants et jeunes devraient se mobiliser contre les négationnistes de la Loi fondamentale (Constitution) et le Fake-Antifa dirigé par les entreprises. Werner Köhne, philosophe et auteur de la chronique de l’hebdomadaire Demokratischer Widerstand, sera présent. Ci-dessous, KenFM publie à l’avance son texte de couverture pour l’émission spéciale à thème « L’amour en temps du coronavirus ».

« Le jour où j’ai vu qu’il n’y avait pas de coïncidences, la jeunesse était finie ; là où le rêve se termine, le traumatisme commence. »

La citation est attribuée à Ralf Rothmann, un écrivain qui a fait de sa jeunesse le sujet de nombreux romans. À quoi ressembleront plus tard les souvenirs de la jeunesse d’aujourd’hui, les souvenirs des premiers amours et des « premières souffrances » ? On peut à peine l’imaginer. Les « coïncidences » et les rêves très magiques qui, pour les jeunes, sont après tout synonymes de liberté, d’intensité de vie et de capacité d’amour, ne sont-ils pas sacrifiés sur l’autel des ordonnances et des mascarades ? Le présent, avec son alarmisme permanent, leur offre des perspectives oppressantes.

Le confinement laisse une traînée de boue comme une furie de disparition. Beaucoup, après tout, n’existe plus. Qui vit encore dans le parc, dans le métro ou dans le tram cette contagieuse ( !) amor fati, cette soif de vivre – la plus importante contribution des jeunes à la société ? Là où un masque ne rend visibles que des paires d’yeux fixes, chaque mouvement empathique devient un geste de surmenage dans lequel l’étincelle d’être amoureux peut à peine s’allumer. Le fait de traîner et de se détendre fonctionne-t-il encore comme une forme de sérénité juvénile dans laquelle le désir peut se développer ? Quelle est la topographie actuelle de l’amour – où et comment ?

Est-ce déjà une réalité : s’embrasser dans les coins furtifs des maisons comme il y a soixante ans dans une Allemagne d’après-guerre tendue ? Ou une interdiction de danser dans la rue et de chanter sous la pluie ? Ou un Home Sweet Home qui exige désormais l’isolement et l’abstention de toute proximité physique parce que les parents inquiets regardent le petit ami de leur fille avec suspicion ? Après tout, il pourrait être…

Alors que l’espace public se réduit à un terrain de parade d’irritabilité et de dénonciation, la sphère privée est scellée par des données et des informations, derrière lesquelles on peut sentir le souffle empoisonné des conjurés qui, comme des virus, envahissent les réseaux sociaux autrefois anarchiques, mais actuellement verrouillés (!). Ici aussi, là où la poésie de la vie se trouve prise dans les rouages de l’enfermement social, tout amour se fige. Même entre les générations. Il faut penser à ce qui nous arrive réellement à tous aujourd’hui, mais surtout aux jeunes. Ils sont victimes d’interdictions.

Cyniquement, on fait appel à eux en tant que personnes qui doivent apporter leur contribution à la solidarité avec les personnes âgées. Comme si cela pouvait se produire lorsque le Dax explose vers le haut. Bien sûr, ils ne sont pas stupides au point de ne pas voir qu’ils seront largement épargnés par la maladie – mais cette évidence est rencontrée par la cohorte d’opinion avec l’étiquette « propagateur », accompagnée de fantasmes de salles de fêtes surpeuplées où le virus fait sa multiplication et sa mutation. L’un des dictons les plus stupides de la vie a toujours été que l’on ne comprend pas la vie avant d’être plus âgé. Le mensonge est que ce genre de compréhension est souvent alimenté par l’amertume et le ressentiment. Voici ce qu’il convient de souligner : A vingt ans, on comprenait mieux la vie qu’à cinquante ans et au milieu de la vie. Ce n’est qu’à l’époque que cette compréhension s’est faite sous forme d’intuition, qui s’est combinée à la sensualité et à la rêverie – et non à un « j’ai appris ma leçon » qui empiète.

« Ceux que les dieux aiment, ils les laissent mourir jeunes », dit l’ancienne sagesse. Dionysos était considéré comme le dieu de la danse, du vin, de la vie et de l’amour. Les grandes histoires d’amour semblent confirmer le lien entre le bonheur et la mort précoce. Elles se terminent généralement de manière tragique à la suite de malentendus : Roméo et Juliette, Hamlet et Ophélie. Mais ce n’est pas l’amour qui leur fait défaut, mais une conception rigide de la vie qui la rend impossible. Enfin, une autre histoire d’amour : L’Amour aux temps du choléra de Gabriel García Márquez. Il est remarquable que le narrateur déplace ici un amour d’enfance au moment d’une épidémie, mais associe également le mot « choléra » en espagnol à un amour passionné qui, pour une fois, ne se termine pas en futilité : Les amoureux séparés depuis longtemps se retrouvent dans la vieillesse – dans une tendre sérénité.

John Lennon conseille quelque chose de similaire : « Let it be ». Les jeunes pourraient y lire un « Let us be » et un guide d’orientation : Ne laissez personne vous parler de la dramaturgie amoureuse de votre vie ! Allez là où souffle l’esprit de la liberté ! À l’époque du coronavirus, c’est la rue, le seul forum restant pour la démocratie. Mettez fin à vos batailles pour une vie prospère ! En attendant, probablement un exercice d’équilibre entre le désir de se produire, le désir d’authenticité et la recherche de crédibilité. Surtout, ne vous laissez pas pousser à jouer des rôles qui vous transformeraient en détenteurs du pouvoir – comme des disciples fatigués, comme des un Antifa ou un Yuppie qui portent leur masque comme un logo.

L’amour – c’est un biotope menacé en temps du coronavirus pour tous. Vous êtes des amoureux : Arrosez-le de votre imprévisibilité, de votre sens de la coïncidence et de vos rêves !

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier cet article.

+++

Source de l’image : Syda Productions /shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce de présenter un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les messages des invités ne doivent pas nécessairement refléter les opinions du comité de rédaction.

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Vous pouvez accéder aux magasins Apple et Google via notre page d’accueil. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

Soutenez le KenFM maintenant : https://www.patreon.com/KenFMde

+++

Vous aimez notre programme ? Informations sur les autres moyens de nous soutenir ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin Adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort