La politique climatique allemande guérira pas le monde

Un commentaire de Rainer Rupp.

Quoi qu’il arrive en Allemagne ou dans l’Union européenne pour sauver le climat, au moins deux tiers des émissions futures de CO2 dépendent des pays qui se moquent de la „science climatique du CO2“ occidentale comme d’un jeu de mots. Néanmoins, le gouvernement allemand et, à une exception près, tous les partis sont déterminés à plonger notre industrie dépendante du CO2 dans la misère et à détruire ainsi des millions d’emplois.

Étant donné qu’aucun des grands groupes financiers n’a sauté ces dernières années sur le train-CO2 valant des dizaines de milliards d’euros, il n’est pas étonnant que le gouvernement allemand, qui porte le drapeau européen du néolibéralisme, se soit également engagé avec une grande vigueur pour „sauver le climat“ en éliminant du bilan énergétique allemand les hydrocarbures charbon, pétrole et gaz naturels. L’objectif est de remplacer les sources d’énergie fiables, hautement énergétiques et éprouvées qui peuvent être stockées à volonté par des sources d’énergie alternatives telles que les éoliennes et les cellules solaires, qui sont notoirement peu fiables, par exemple quand il y a peu de vent et de soleil. La production électrique alternative est peu efficace par rapport au charbon, au pétrole et au gaz, le stockage est impossible et surtout beaucoup plus chère.

Les conséquences de cette politique climatique pour notre industrie et nos emplois, qui dépendent fortement d’une énergie bon marché et fiable, sont incalculables. Le fait que les masses de soi-disant „petits gens“ doivent payer eux-mêmes pour la destruction de leurs emplois industriels, notamment par des prix de l’énergie et des taxes sur le CO2 plus élevés, accentue toute cette folie. Mais cette politique de redistribution supplémentaire du bas vers le haut est probablement censée réduire les attentes des classes inférieures en matière de nouveaux emplois dans le néo-féodalisme.

Avec la destruction arbitraire de sa structure industrielle traditionnelle, l’Allemagne fait bien sûr un pas de géant vers un passé sans CO2. Mais les travailleurs flexibles trouveront des emplois modernes et nouveaux, par exemple dans les grands domaines de l’aristocratie de l’argent, comme jardiniers, cuisiniers, cochers ou femmes de chambre. Sans comité d’entreprise, bien sûr.

Il est étonnant qu’une grande partie du parti „Die Linke“ ne trouve pas encore assez radicale la politique climatique extrêmement antisociale du gouvernement fédéral. Cela n’est toutefois que logique si l’on considère le développement de la jeunesse de gauche qui est maintenant dans la lune post-industrielle. Ils halètent après chaque nouveau mouvement et ont complètement perdu de vue la préoccupation sociale centrale de la gauche.

Après le mouvement de genre et la découverte de 49 autres sexes aux côtés des hommes et des femmes et des gays et lesbiennes, la Jeunesse de gauche a consacré toute sa force et son attention bienveillante à l’arrivée incontrôlée d’un million de migrants. Leur cri de guerre propagandiste „No Borders ! Aucune nation“ n’est pas restée silencieuse jusqu’à ce jour. Personne ne pense aux conséquences sociales de leur demande pour notre pays. Mais avec le débat sur le climat la situation est encore pire.

Fascinée, la jeunesse de gauche a suivi comment la prophétesse du climat enfantine de Suède, avec ses fantasmes de fin du monde, a fait descendre dans la rue la jeunesse gâtée de la classe moyenne supérieure de l’Ouest pour sauver le monde dans les manifestations de la FfF. Rapidement, les jeunes de gauche ont pris le train en marche sans penser, par exemple, aux conséquences potentiellement catastrophiques de cette évolution sur l’emploi et le bien-être des masses laborieuses.

Comment, par exemple, la taxation du CO2 affecte principalement les classes les plus pauvres de la population, a été publiée en juillet dernier sur le site „Makroskop“ du Professeur Flassbeck et du Dr Steinhardt, à l’exemple des Pays-Bas. Sous le titre : Dans les pièges du discours sur le climat (1), une prévision y a été présentée par le conseil néerlandais CE Delft (2), selon laquelle, dans le cadre du sauvetage climatique, la part des coûts énergétiques dans le revenu disponible des ménages plus riches aux Pays-Bas atteindra 5,7% en moyenne en 2050, et 17 % dans les foyers les plus pauvres. Il est facile de calculer que si le loyer et les frais accessoires représentent déjà 50 % du revenu, il ne restera pas grand-chose pour la nourriture et les autres nécessités.

Pendant que les ménages riches ne ressentent même pas une taxation du CO² (bien que leur empreinte de CO2 des VUS, des voyages à longue distance et des grandes maisons soit particulièrement importante), cela peut être une question de survie pour les ménages pauvres. Alors qu’une grande partie de la population défavorisée s’inquiète du fardeau supplémentaire que représente l’intensification des efforts de réduction des émissions de CO2, la gauche supportent des exigences climatiques de plus en plus radicales.

Tadzio Müller, par exemple, orateur pour la justice climatique et la politique internationale à la Fondation Rosa Luxemburg du Parti de gauche, appelle à „la protection du climat – même si cela devient difficile“ pour les employés (3). Ulrich Brand, professeur de politique internationale à l’Université de Vienne, spécialisé dans la politique de l’environnement et des ressources, a même récemment reproché aux sections socialement et écologiquement sensibles des syndicats dans le „Blättern für Internationale Politik“ que leur demande de croissance durable était mal dirigée car elles étaient toujours concernées par la croissance (4). En avril 2011, le professeur Brand avait proclamé au parti de gauche au Bundestag que „le capitalisme ne deviendra jamais vert“.

Dans un article paru dans le journal „Neues Deutschland“ du parti gauche, le journaliste libre Hanno Böck peut même accuser le parti de gauche de „se considérer avan tout comme un représentant des plus faibles ici et maintenant“ au lieu de penser aux générations futures (5). La LINKE doit se confesser maintenant au fait que „le droit à la vie des êtres humains concernés (internationalement) le plus fortement par le changement climatique est plus important que la sécurité de l’emploi“ à la maison. Et Andreas Novy se plaint même au „réseau de transformation“ de gauche (6) : „Si la question sociale est généralement perçue comme centrale, alors l’écologie est mise de côté“.

Mais ce que ces militants de gauche ou autres fanatiques du CO2 ont à l’esprit sont des folies. Ils ont une dangereuse illusion lorsqu’ils croient qu’en Allemagne le climat mondiale peut être sauvé. C’est de la bêtise. Cela ne servirait à rien, même si le CO2 produit par l’homme faisait grimper les températures dans le monde entier.

Ce serait également une tentative désespérée si l’arrêt des centrales électriques au charbon et des systèmes de chauffage au mazout et au gaz, le passage aux voitures électriques et l’installation d’innombrables éoliennes et centrales solaires étaient pleinement réussis. En effet, la part de l’Allemagne dans la production mondiale de CO2 par l’homme représente que 2 %.

Quoi qu’il arrive en Allemagne ou dans l’Union européenne pour sauver le climat, les futures émissions de CO2 dépendent de l’Inde, de la Russie, du Brésil, de l’Afrique du Sud et, surtout, de la Chine et des États-Unis. Ce que tous ces pays ont en commun, c’est que leurs gouvernements se moquent de la science climatique occidentale sur le CO2.

Ils voient le CO2, qui n’est pas un poison, comme un gaz vital pour nos plantes et nos arbres. Même dans le traité de Paris sur le climat, ces pays ne se sont pas engagés à limiter leurs émissions de CO2 avant 2030, date à laquelle elles seront renégociées. D’ici là, ces pays continueront à alimenter leur croissance économique avec l’énergie la moins chère et la plus sûre et construiront chaque année davantage de centrales au charbon, qui produisent bien sûr beaucoup de CO2. Les États-Unis, qui s’étaient engagés à Paris sous le Président Obama à réduire fortement leurs émissions de CO2, ont déjà annoncé leur retrait de l’Accord de Paris sous le Président Trump.

La Chine représente 29% du CO2 produit dans le monde, les États-Unis 16%, l’Inde 7%, la Russie 5%, l’Afrique du Sud 1% et le Brésil 1%. Si l’on ajoute l’Iran et l’Arabie saoudite de 2% chacun, cela représente près des deux tiers des émissions mondiales de CO2. (Source : Union of Concerned Scientists)(7)

Il suffit que la Chine ne soit pas dans le bateau des économiseurs de CO2 et tout le secours de Greta, des Verts et de la gauche est inutile. Avec leurs messages apocalyptiques, ils aident plutôt les jongleurs de la finance climatique, qui n’ont pas peur d’entraîner une grande partie de notre industrie et de la société dans la misère à la recherche de nouvelles sources de profit.

Pour les Chinois, en revanche, ce qui compte, c’est la croissance économique et la nécessaire sécurité de l’approvisionnement énergétique. Les dirigeants chinois ne se réveillent pas au milieu de la nuit et s’inquiètent du climat. Fin octobre 2019, le gouvernement russe a également déclaré qu’il n’introduirait pas de taxe sur le CO2, contrairement à ce que l’Occident avait espéré, car il existe encore des doutes sur les causes présumées du changement climatique, d’origine humaine.

Il n’y a pas que les Chinois qui secouent la tête en regardant le Western Climate Express voyager sur des ponts audacieux vers l’inconnu. Cela inclut également l’intention du gouvernement allemand de fermer toutes les centrales au charbon d’ici 2038. Ce qui pourrait arriver aux Allemands en route vers le beau nouveau monde sans combustibles fossiles et avec „zéro émission de CO2“ a été diffusé cette semaine dans un journal dans un futur pas si lointain :

Chaos de neige dans toute l’Allemagne, 12 décembre 2030 (8)

De fortes chutes de neige et le froid ont frappé toute l’Allemagne. Le photovoltaïque enneigé, les éoliennes éteintes à la suite d’une tempête, les centrales au charbon inexistantes et la disponibilité réduite de gaz s’affaiblit. Les moteurs à combustion, les chauffages, les foyers ouverts, les scies à moteur, les souffleuses à neige, etc. ont été interdits depuis des années.

Sur les autoroutes, les véhicules électriques ont été bloqués sur des kilomètres et des kilomètres, manquant d’électricité pendant la nuit. Les services de secours électrifiés sont également concernés. Même par beau temps, les véhicules ne peuvent plus se déplacer seuls, mais doivent être remorqués individuellement, ce que même la Bundeswehr ne peut pas faire en raison d’un manque de véhicules opérationnels. Les excavatrices électriques et les chargeuses sur pneus ne peuvent plus être raccordées au réseau ou sont en service que pendant quelques heures. Faute de demande, les raffineries ne produisent ni essence ni gazole, qui ne peuvent être achetés qu’en petites quantités dans quelques points de distribution de marchandises dangereuses.

Sources :

  1. https://makroskop.eu/2019/07/in-den-fallstricken-des-klimadiskurses/?success=1
  2. https://myprivacy.persgroep.net/?siteKey=PUBX2BuuZfEPJ6vF&callbackUrl=https://www.volkskrant.nl/privacy-wall/accept?redirectUri=%252feconomie%252fvooral-laagste-inkomens-gaan-betalen-voor-duurzamer-energiebeleid%257eb6f43603%252f
  3. http://www.linksdiagonal.de/2019/05/30/tadzio-mueller-klimaschutz-auch-wenn-es-hart-wird/
  4. https://www.blaetter.de/archiv/jahrgaenge/2019/juli/in-der-wachstumsfalle
  5. https://www.neues-deutschland.de/artikel/1120755.klimaschutz-neue-zerreissprobe-in-der-linken.html
  6. https://www.transform-network.net/de/publications/jahrbuch/overview/article/yearbook-2017/the-consequences-of-climate-change-for-left-strategy-a-roundtable/
  7. https://www.ucsusa.org/sites/default/files/styles/original/public/2019-11/union-concerned-scientists-emissions-pie-chart_0.png?itok=91NOTos9
  8. http://www.pi-news.net/2019/11/schneechaos/

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Conseil photo : Angela Rohde/ Shutterstock

+++

KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions des invités ne doivent pas nécessairement refléter le point de vue éditorial.

+++

KenFM est maintenant aussi disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux boutiques Apple et Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Vous aimez notre programme ? Des informations sur les options d’assistance sont disponibles ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin adress: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort