Le sens de la démocratie ?

Un point de vue de Jochen Mitschka.

Ce n’est pas la qualité, mais la mise en œuvre de l’autodétermination qui est décisive.

Il est souligné à maintes reprises que la qualité de la politique ne peut être maintenue à un haut niveau qu’avec les mécanismes professionnels des partis politiques et leur primauté politique (1). Aujourd’hui, il y a suffisamment d’exemples que la soi-disant élite politique a pris des mauvaises décisions, mais qu’elle s’accroche encore des médailles l’une à l’autre. Chacun d’entre vous devrait avoir des exemples à l’esprit. Mais là n’est pas la question. Non, la réalisation de la démocratie n’a pas pour but de réaliser la „meilleure politique possible“. Parce que le „meilleur possible“ sera toujours défini subjectivement du point de vue de l’observateur. Ce n’est donc pas la politique „optimale“ qui est l’objectif réel de la démocratie, mais la réalisation de l’autodétermination des peuples. Et le résultat est une politique qui est soutenue par tous les peuples, qui génère la loyauté envers l’État, qui rend également possible le changement politique sans effusion de sang.

S’il s’agissait de prendre la „meilleure décision possible“, le système électoral serait également absurde. Il faudrait ensuite mettre en place des tests de capacité qui donneraient d’abord le droit de vote aux électeurs. Peut-être faudrait-il accorder aux professeurs plus de droits de vote qu’à un électeur manifestement ignorant, même si je ne donnerai pas d’exemples ici afin de ne pas faire de discrimination. Il ne s’agit pas seulement de savoir et de compréhension. Il s’agit pour les gens de se sentir intégrés et de savoir que leur voix a du poids.

Dans son discours de 2010, dans lequel Angela Merkel invoquait la „primauté de la politique“ et déclarait que les partis font de la politique et que le peuple doit accepter cette politique (1), elle a révélé une compréhension diamétralement opposée de la politique et un point de vue élitaire. Un tel point de vue ne distingue en rien les politiciens d’aujourd’hui des „monarques bienveillants“ du Moyen Âge. Mais ils prétendent que tout le reste mènerait au chaos, qu’un nouvel Hitler arriverait, ou que l’économie sombrerait dans la concurrence internationale si l’on ne menait pas une politique neolliberale „pour les marchés“.

En d’autres termes, les politiciens des partis établis ne s’intéressent pas au peuple. Leur but est de poursuivre une politique acceptée par „les marchés“, les oligarques de ce monde qui les déterminent, et non que les gens puissent s’identifier à cette politique. Enfin, les médias veillent à ce que les gens acceptent les décisions prises par les parties contre leurs propres désirs et intérêts.

C’est de cela qu’il s’agit dans cette „démocratie représentative“, où le souverain ne peut pas déterminer directement le gouvernement par lequel il veut être gouverné, ni le président qui doit le représenter dans le monde entier, et qui constitue l’ultime obstacle devant la cour constitutionnelle dans la rédaction des lois. À propos de la cour constitutionnelle, le citoyen ne peut pas non plus le déterminer. Tout ce qui est mentionné est déterminé par un „consensus de parti“ et non par la volonté de l’électeur. Et cela doit être ainsi, selon les parties, sinon Hitler reviendrait. Et pour que les médias (c’est-à-dire ceux qui ne sont pas sous le contrôle des grandes entreprises) ne fassent rien de stupide, l’électeur ne doit pas avoir son mot à dire en ce qui concerne les médias juridiques publics, qui sont également contrôlés par les partis.

Oh oui, et si l’électeur avait plus de droits, ce serait très dangereux, parce que les populistes de droite maléfiques l’emporteraient. Je dois toujours en rire en silence, parce qu’aucun malheur, aucun crime, aucune attaque terroriste ne passe sans que de nouvelles lois ne soient exigées et développées, sans que les politiciens de première ligne n’exigent des mesures qu’ils auraient pu introduire avec prévoyance depuis longtemps.

En d’autres termes, les partis ont pris le pouvoir par un coup d’État silencieux. En témoigne notamment le fait que les fondations politiques des partis, appelées à tort „organisations non gouvernementales“, même sur les sites web gouvernementaux, bien qu’elles appartiennent également aux partis au pouvoir et soient financées par le gouvernement, vont bientôt dévorer peut-être plus d’un milliard d’euros, soit 1 milliard. Bien sûr, ce n’est que dans l’intérêt de tous les Allemands, bien sûr.

Aujourd’hui, on dit souvent que l’on peut s’impliquer dans des partis politiques ou se retrouver soi-même. C’est la plus ridicule de toutes les objections. Tout le monde sait que seuls ceux qui se soumettent au consensus a) du parti et b) du consensus des partis entre eux monteront dans l’échelle de carrière du parti. Et ce qu’il advient des „nouveaux“ partis peut être vu dans le parti Bündnis90/Die Grünen ou dans les Piratenpartei. Même le Parti de gauche, qui aurait pu devenir une véritable alternative en raison de sa large base existante, connaît une domestication et une adaptation croissantes au consensus du parti grâce à sa direction. L’acceptation du consensus du parti a longtemps été secrète avec de nombreuses personnalités dirigeantes du parti, bien conscient que sans elle, on n’a aucune chance de jouer un rôle dans la grande politique.

Dans le passé, c’était le droit d’aînesse, mais aujourd’hui, c’est la bonne attitude qui permet une ascension dans l’aristocratie politique. Les visions, l’engagement envers les gens ou les capacités ne jouent plus de rôle. Comment faire l’expérience quotidienne avec de nombreux exemples. Lorsqu’un commissaire à la drogue déclare dans une interview qu’elle ne sait pas que les drogues douces ont été libéralisées au Portugal, ce n’est qu’une indication parmi tant d’autres. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’exceptions dans TOUS les partis politiques, la plupart d’entre eux peut-être dans le Parti de gauche. Des gens qui ont des convictions humanistes, qui essaient d’accomplir la volonté de leurs électeurs, qui défendent une politique qui n’est pas plus acceptable pour „les marchés“ que pour le souverain. Mais ce sont les joyaux de la politique, les exceptions tolérées.

Soyons réalistes : la politique mise en œuvre par nos politiciens ne pourrait guère être pire. Prenons la politique des transports avec des millions de dollars de dommages-intérêts pour le contribuable, ou la politique étrangère avec une soumission complète aux souhaits des États-Unis au détriment de notre économie et de notre sécurité, ou encore la politique sociale, où l’on tente d’attirer des infirmières de pays en développement sans compétences linguistiques, au lieu d’académiser et de récompenser raisonnablement la formation en Allemagne comme dans les autres pays. Nous préférons donc la fuite des cerveaux, la traite moderne des esclaves aux dépens des pays pauvres. Et quand on se rend compte que la politique ne peut guère être pire, il semble cynique d’affirmer que seuls les partis peuvent garantir une politique de qualité.

C’est l’accrochage de la politique à son pouvoir et à ses fiefs, la tentative d’obtenir une position élevée qui serait perdue si les politiciens devaient vraiment se soumettre à la volonté du peuple. Si les politiciens étaient obligés d’exécuter (ou de démissionner s’ils ne peuvent pas concilier cela avec leur conscience) les politiques qui leur sont données par le souverain, le nimbe de l’homme politique „visionnaire“ serait parti. Oui, alors ce sont les grands esprits qui expliquent la politique aux gens d’une manière compréhensible et qui leur disent clairement quelle est la politique la plus avantageuse pour eux.

Et nous revoilà de nouveau avec les médias. Toute démocratie, qu’elle soit directe et réelle, fausse et dite „parlementaire“, ne peut fonctionner que si les électeurs disposent de toutes les informations nécessaires. Et ce n’est pas le cas pour le moment. En d’autres termes, peu importe que nous ayons une démocratie ou non, tant que les médias n’assurent pas vraiment une couverture pluraliste et complète (pas en quantité, mais en qualité) de la réalité, peu importe que nous votions ou non, qu’il y ait une démocratie plébiscitaire, qui, soit dit en passant, serait une forme de démocratie qui tiendrait les politiciens responsables ou non. Le résultat sera toujours le même.

Les premiers pas vers une véritable démocratie digne de ce nom seraient donc une réforme fondamentale des médias. On en a déjà parlé en détail ailleurs. (2) Malheureusement, c’est impossible. Car la rupture du pouvoir des partis sur les médias de droit public est détruite par l’alliance des leaders portés au pouvoir par les partis dans ces médias, ainsi que par le consensus entre les partis. Et les médias privés n’ont aucun intérêt à faire soudainement face à la concurrence. Médias privés suivant les principes tacites : La Russie est l’adversaire, les Etats-Unis sont le libérateur et le garant de la démocratie, l’OTAN est irremplaçable pour la défense, le néolibéralisme est nécessaire pour maintenir le déficit élevé du commerce extérieur, les riches vont bien, les pauvres en bénéficient, et beaucoup plus. Donc l’affaire est sans espoir ?

Ce serait dommage, car l’autodétermination est un droit humain. Mais nous ne pouvons y parvenir sans une véritable démocratie et sans les médias nécessaires. Mais plus les gens doutent du dogme des partis, plus il est probable que la pression de la conformité, c’est-à-dire la pression collective avec laquelle les gens sont amenés à penser comme l’opinion donnée, s’atténuera. Les tentatives de Solomon Asch l’ont démontré, et c’est encore le cas aujourd’hui (3).

En ce moment, les gens qui crient „L’empereur est nu“ sont réduits au silence. D’abord simplement ignorés, noyés dans le vacarme des médias, puis calomniés et enfin persécutés. Mais plus les gens se rendent compte que l’empereur n’a pas de vêtements, plus la pression de la conformité cèdera un jour et les parties devront suivre la volonté du souverain et abandonner une grande partie de leur pouvoir.

KenFM est l’une des rares plateformes où les points de vue opposés ont une voix non censurée. Un bon exemple est le reportage et le commentaire du phénomène Greta Thunberg. KenFM est à cet égard le microcosme rudimentaire, bien que loin d’être optimal, d’un éventuel futur monde médiatique. C’est pourquoi tout le monde est invité à nier mes thèses, mais il faut tenir compte du fait que je défendrai les miennes.

Sources :

  1. https://kenfm.de/standpunkte-%e2%80%a2-das-primat-der-politischen-parteien/
  2. https://www.heise.de/tp/features/Mediale-Einseitigkeiten-und-Verlautbarungsjournalismus-3365065.html https://jomenschenfreund.blogspot.com/2015/02/medien-zu-regulieren-wichtiger-als.html
  3. https://de.wikipedia.org/wiki/Konformit%C3%A4tsexperiment_von_Asch

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier l’article.

+++

Source de l’image : oatawa / Shutterstock

+++

KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions des invités ne doivent pas nécessairement refléter le point de vue éditorial.

+++

Vous aimez notre programme ? Des informations sur les options d’assistance sont disponibles ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin Adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort