Pas avec nous ! | Par Gerlinde Laeverenz-Foti

Dans une lettre ouverte, un médecin appelle ses collègues professionnels à ne pas se faire complices de l’application d’un programme de vaccination dangereux.

Par Gerlinde Laeverenz-Foti.

J’appelle tous les médecins de ce pays, sans exception, et même du monde entier, à sortir des sentiers battus de ce qui nous a été enseigné dans nos études et au-delà dans notre formation continue. Faites preuve de bon sens, interrogez-vous et explorez les liens avec le désir de connaître la vérité. Faites à nouveau confiance à votre sentiment de ce dont tout bon médecin devrait être capable. Ne vous contentez pas du contenu de vos manuels scolaires, mais allez plus loin. Pour le bien de l’homme, pour le bien de vos patients.

Être médecin, c’est être indépendant. En effet, être indépendant de tout système, de toute opinion, de toute politique, même des lignes directrices et des directives, et même, en fin de compte, de toute loi élaborée par l’homme. La seule ligne directrice qui devrait compter pour vous, c’est celle qui se trouve en vous et chez vos patients. Je serais très surpris si un seul médecin pouvait et voulait attester que les vaccinations ne présentent aucun danger pour la santé ou la vie d’un être humain. Mais si c’est le cas, pourquoi les vaccinations sont-elles minimisées et les complications souvent pas mentionnées dans le dossier du patient, et encore moins reconnues comme telles ?

Qui d’entre vous, médecins qui considèrent que les vaccinations sont utiles, les a traitées en détail, a approfondi l’immunologie, a étudié la littérature scientifique et bien élaborée le sujet et a pris au sérieux les rapports d’expérience des parents et des patients et les a laissés avoir une influence sur vous ? Toute personne qui a vu tant de souffrances infligées aux enfants et à leur famille par les vaccinations, comme mon mari et moi, et qui ne rejette pas cette situation d’emblée en disant « Cela ne peut pas venir de la vaccination », ne peut s’empêcher de poser des questions et de jeter un regard critique sur la médecine allopathique.

Ne vous rendez pas complice d’une soi-disant politique de santé qui n’a pour but ni la dignité ni le véritable développement de l’être humain, sans parler de son âme et de son être. Ne vous vendez pas et ne vendez pas les personnes qui vous sont confiées par peur d’être diffamées ou parce qu’elles tentent de menacer votre existence professionnelle.

Personne ne peut vous enlever votre vocation, sauf vous-même. Ne vous laissez pas faire par cette pauvreté, mais assurez plutôt la réhabilitation de la confiance dans le corps médical, entre-temps à juste titre remise en cause, en replaçant le patient en tant qu’être humain au centre de l’attention, en l’écoutant avec intérêt et une saine curiosité, en prenant vraiment au sérieux ses préoccupations, ses doutes et ses craintes et, si nécessaire, en les suivant consciencieusement dans vos propres études ! Aussi et surtout en ce qui concerne les vaccinations ou l’obligation de porter un masque qui prévaut actuellement !

Travaillons ensemble pour préserver notre souveraineté et notre indépendance. Ce ne sont pas les politiciens ou un directeur d’école qui doivent décider de ce qui est médicalement justifiable et de la manière dont un danger pour la santé doit être évalué pour l’individu. Seulement nous, les médecins, devrions être et rester les responsables des décisions ici ! De même, le patient qui nous est confié doit à tout prix rester protégé en ne devant plus partager ses problèmes de santé intimes avec, par exemple, le directeur de la succursale d’un supermarché ou son employeur à partir d’aujourd’hui ! C’est à la fois humiliant et honteux, et c’est une nouveauté, une nouveauté absolument inacceptable et inhumaine que nous ne pouvons pas simplement accepter !

Et qu’en est-il de nos enfants ? Nous devons les protéger au lieu de les livrer ! Actuellement, des craintes et des manœuvres politiques se jouent sur le dos de nos enfants – nous, médecins, ne devons en aucun cas permettre cela, et encore moins l’accepter en silence !

Nous devons nous lever, il est temps !

Chers collègues, si vous ne l’avez pas encore fait, revenez sur le terrain des faits, sur les fondements mêmes de la médecine.

Souvenez-vous de votre serment d’Hippocrate, le serment que vous vous êtes prêté un jour, le serment par lequel vous vous êtes engagé à assurer le bien-être du patient ! Souvenez-vous de la raison pour laquelle vous êtes – espérons-le – devenus médecins. Redécouvrez ce qui est « essentiel » dans la vie et ce qu’est réellement la médecine. De chaque personne. Et donc la santé de la société.

Rappelez-vous ce qui est « essentiel » lorsqu’il s’agit de votre responsabilité médicale.

Parce que vous avez une grande responsabilité. Veuillez le prendre au sérieux ou – si vous vous sentez incapable de le faire par crainte ou pour d’autres raisons – renoncez à votre autorisation d’exercer la médecine.

Cet article est paru le 05.12.2020 dans Rubikon – Magazin für die kritische Masse

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier l’article.

+++

Source de l’image : siam.pukkato / shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter les vues de la rédaction.

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux magasins d’Apple et de Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort