Trump, Twitter et la démocratie parlementaire | Par Ernst Wolff

Par Ernst Wolff.

Twitter et les réseaux sociaux Facebook et Instagram ont bloqué les comptes de Donald Trump à la fin de la semaine dernière, d’abord temporairement, puis définitivement. Le président américain a ainsi été privé de la possibilité de continuer à communiquer directement avec 88 millions de followers sur Twitter, 35 millions d’abonnés sur Facebook et 25 millions d’utilisateurs Instagram.

Twitter a cité « le risque de nouvelles incitations à la violence » comme raison de cette décision. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook et d’Instagram, a écrit sur son compte Facebook :

(traduction)

« Les événements choquants de ces dernières 24 heures montrent clairement que le président Donald Trump a l’intention d’abuser du temps qui lui reste à courir pour compromettre un transfert pacifique du pouvoir à son successeur, Joe Biden ».

De nombreuses personnes ont réagi positivement aux décisions des services sociaux en ligne. Cela n’est guère surprenant, étant donné la colère que suscite le président américain. Sous sa direction, les États-Unis ont connu la plus grande redistribution des richesses de leur histoire. Il n’a pas asséché le marécage de Washington, comme annoncé lors de la campagne électorale, mais l’a favorisé pendant quatre ans et a abusé de la fonction de président à la manière d’un monarque pour son propre enrichissement. Néanmoins, il n’est nullement approprié de célébrer la décision des réseaux sociaux. Au contraire, la censure est une démonstration effrayante que les droits démocratiques, tels que la liberté d’expression, ne sont plus accordés ou refusés à notre époque par les politiciens, mais directement par les entreprises numériques et les grands investisseurs qui les soutiennent.

On peut découvrir la composition de l’actionnariat de ces services en ligne en examinant qui les investisseurs : Les principaux actionnaires institutionnels de Twitter sont les gestionnaires d’actifs Vanguard, Morgan Stanley Investment Management et BlackRock, qui détiennent ensemble un peu plus de 21 % des actions. Facebook et Instagram sont tous deux la propriété de l’empire Facebook du multi-milliardaire Mark Zuckerberg. BlackRock et Vanguard détiennent également des actions de ce dernier, mais Zuckerberg peut être considéré comme le seul dirigeant avec ses près de soixante pour cent d’actions avec droit de vote.

Les quatre principaux actionnaires d’Amazon et d’Apple, qui ont annoncé ce week-end qu’ils bloqueraient le canal de repli de Trump, Parler, comprennent également BlackRock et Vanguard, ainsi que des personnes ultra-riches comme Jeff Bezos et Arthur Levinson. Les choses ne sont pas très différentes sur YouTube. Le portail vidéo, qui a muselé ces dernières semaines de nombreuses critiques des mesures de lutte contre la pandémie, fait partie de Google dont la société mère, Alphabet, compte parmi ses quatre principaux actionnaires Vanguard et BlackRock, en plus des fondateurs et multi-milliardaires Larry Page et Sergey Brin.

Qu’une poignée d’actionnaires ultra-riches puisse restreindre la liberté d’expression non seulement du président américain, mais de nous tous, montre où se trouve le véritable centre du pouvoir à notre époque. Mais elle montre aussi le rôle de la démocratie parlementaire aujourd’hui : Les élections, qui font croire aux gens qu’ils peuvent utiliser leur vote pour influencer la formation politique de la société, ont dégénéré en une masquarade pour le règne de forces qui échappent à tout contrôle de démocratique. Bien que la démocratie parlementaire ait toujours été un instrument de domination par les riches et les puissants depuis sa création, la richesse et le pouvoir ont été répartis entre un nombre bien plus important de têtes dans le passé qu’aujourd’hui. C’est pourquoi les dirigeants ont toujours été contraints de faire des concessions aux travailleurs, qui ont lutté pour leurs droits principalement en s’organisant en syndicats et en partis réformistes.

Mais cela a changé au cours des dernières décennies en raison de l’énorme concentration d’argent et de pouvoir. Les syndicats ou les partis en lutte pour les droits des travailleurs n’existent plus. Au lieu de cela, il y a des centaines de milliardaires au sommet du complexe financier numérique qui peuvent acheter à volonté des politiciens, des journalistes, des universitaires et des syndicalistes, ou utiliser leur fortune et le pouvoir qui en résulte pour faire pression sur eux et les rendre dociles. Le fait que ces ultra-riches et ultra-puissants se débarrassent maintenant de toutes les inhibitions et restreignent ouvertement nos droits à la manière des dictateurs fascistes a une raison simple : les mesures pandémiques mises en place par la politique avec l’aide de journalistes corrompus et de scientifiques encore plus corrompus leur ont permis d’accroître la richesse et le pouvoir comme jamais auparavant au cours des dix derniers mois et ont fait du monde un endroit où le bien-être de sept milliards de personnes est subordonné à la cupidité effrénée d’une minuscule minorité dans une mesure encore plus grande qu’auparavant.

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier l’article.

+++

Source de l’image : txking / shutterstock

+++

Le KenFM s’efforce de présenter un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les messages des invités ne doivent pas nécessairement refléter les opinions du comité de rédaction.

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Vous pouvez accéder aux magasins Apple et Google via notre page d’accueil. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

Soutenez le KenFM maintenant : https://www.patreon.com/KenFMde

+++

Vous aimez notre programme ? Informations sur les autres moyens de nous soutenir ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin Adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort