Un appel pour défendre la démocratie

Par Wolfgang Effenberger.

Le 25 juin 2020, face à la démocratie menacée par le coronavirus, un puissant appel à la défense de celle-ci a retenti. „Un appel à la défense de la démocratie“(1) a été lancé sous la forme d’une lettre ouverte de l'“Institut pour la démocratie et l’assistance électorale“ (IDEA), basé à Stockholm, et du „National Endowment for Democracy“ (NED), basé à Washington DC, et a été soutenu „par 73 institutions pro-démocratiques et des dirigeants politiques et de la société civile du monde entier, dont 13 lauréats du prix Nobel et 62 anciens chefs d’État et de gouvernement“(2). La déclaration selon laquelle la pandémie du coronavirus menace non seulement la vie et les moyens de subsistance des populations du monde entier, mais aussi l’avenir de la démocratie libérale, peut être pleinement approuvée.

Toutefois, l’examen de certains des signataires soulève des doutes. Parmi eux figurent le prix Nobel de la paix Lech Walesa, le militant pour la démocratie de Hong Kong Joshua Wong, l’acteur et militant tibétain Richard Gere et l’ancien député européen Elmar Brok. Tous ensemble, ils ne partagent pas l’amitié avec la Chine ou la Russie. Elmar Brok, député européen depuis longtemps et chef du bureau de lobbying de Bertelsmann à Bruxelles, s’est exprimé sur la radio Deutschlandfunk en 2019, au sommet de la crise vénézuélienne. Il a déclaré que, selon l’Allemagne et l’UE, „Maduro n’était pas légalement élu“ et que son adversaire Guaidó „était le seul des deux à avoir une légitimité démocratique“(3).

Ce point de vue était également partagé à l’époque par la National Endowment for Democracy. Cette organisation a été fondée en 1983 par le président américain Reagan dans le but de décharger la CIA des tâches qui nuisent à sa réputation. L’historien américain Allen Weinstein, qui a participé à la rédaction de la législation qui a fondé le NED, a déclaré en 1991 :

(traduction)

„Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui a été faite en secret par la CIA il y a 25 ans“(4).  Et Carl Gershman, ambassadeur des États-Unis auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pendant le premier mandat de l’administration Reagan et président de la National Endowment for Democracy à partir de 1984, a déclaré en 1986 :

(traduction)

„Il serait terrible que des groupes démocratiques du monde entier soient considérés comme étant subventionnés par la C.I.A.  Nous l’avons vu dans les années 1960, et c’est pourquoi il a été arrêté. Nous n’avons pas pu le faire, et c’est pourquoi la fondation a été créée“. (5)

Pour le journaliste américain William Blum, opposant à la guerre du Vietnam et critique de la politique étrangère américaine, les programmes „sont conformes aux besoins et objectifs fondamentaux de la mondialisation économique du Nouvel Ordre Mondial, tout comme les programmes ont été sur la même longueur d’onde que la politique étrangère américaine pendant des années“(6). Jusqu’à présent, le NED a réussi à s’immiscer dans les affaires intérieures de nombreux pays étrangers par le biais de groupes politiques sélectionnés, d’organisations civiques, de syndicats, de mouvements dissidents, de groupes d’étudiants, d’éditeurs de livres, de journaux, etc. À cette fin, un savoir-faire technique, une formation, du matériel pédagogique, des ordinateurs, des télécopieurs, des photocopieurs, des automobiles, etc. sont mis à disposition. Le NED décrit généralement les médias qu’il soutient comme „indépendants“, bien que ces médias soient soutenus financièrement par les États-Unis(7).

Dans les années 1980, cette branche déguisée de la CIA a joué un rôle important dans l’affaire Iran-Contra et a financé des éléments clés du réseau clandestin d’Oliver North, le „Project Democracy“. Ce réseau a privatisé la politique étrangère américaine, fait la guerre et distribué des armes et des drogues.

Blum, résume : „Le NED, comme la CIA avant lui, appelle ce qu’il fait soutenir la démocratie. Les gouvernements et les mouvements auxquels le NED s’oppose qualifient ceci de déstabilisation“(8)

Sources:

1) https://www.idea.int/news-media/multimedia-reports/call-defend-democracy

2) https://www.berliner-zeitung.de/politik-gesellschaft/nobelpreistraeger-warnen-vor-gefahren-fuer-die-demokratie-li.89648?mktcid=smsh&mktcval=OS%20Share%20Hub

3) https://www.deutschlandfunk.de/deutscher-botschafter-soll-venezuela-verlassen-brok-guaido.694.de.html?dram:article_id=442907

4) Washington Post, September 22, 1991

5) The New York Times, June 1, 1986

6) William Blum:Trojan Horse: The National Endowment for Democracy https://williamblum.org/chapters/rogue-state/trojan-horse-the-national-endowment-for-democracy

7) William Blum:Trojan Horse: The National Endowment for Democracy https://williamblum.org/chapters/rogue-state/trojan-horse-the-national-endowment-for-democracy

8) William Blum: Trojan Horse: The National Endowment for Democracy https://williamblum.org/chapters/rogue-state/trojan-horse-the-national-endowment-for-democracy, William I. Robinson, A Faustian Bargain: U.S. Intervention in the Nicaraguan Elections and American Foreign Policy in the Post-Cold War Era (Westview Press, Colorado, 1992)

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Source de l’image: Andrey Khusnutdinov / shutterstock

+++

Cet article a été publié pour la première fois par Blauer Bote.

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter les vues de la rédaction.

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Via notre page d’accueil, vous pouvez accéder aux magasins d’Apple et de Google. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort