Zero Covid – Zero Doute. Appel de gauche pour l’État du virus | Par Uli Gellermann.

Par Uli Gellermann.

Un nombre considérable de personnes de gauche se sont rassemblées pour un appel sous le titre #ZeroCovid. Bon nombre d’entre eux ont longtemps été considérés comme des opposants, certains se considèrent même comme marxistes. On peut supposer que la majorité d’entre eux ont des intentions honnêtes.

Les auteurs reprennent des chiffres non vérifiés

Dès le début, le texte de l’appel suppose que le récit concernant le coronavirus propagé par le gouvernement et les médias est vrai : « Des milliers de gens meurent tous les jours » écrivent les auteurs, adoptant sans contrôle les chiffres diffusés par un appareil qui ne veut pas faire la distinction entre ceux qui sont morts DU virus ou AVEC le virus.

Stéréotype des « infections » adopté

Le stéréotype des « infections » est adopté de façon presque infantile. Que les « infections » ne soient pas du tout la même chose que les « maladies », que ce mot batte comme un marteau à vapeur jour après jour sur la tête des citoyens pour les effrayer, est ignoré par les auteurs du message ZeroCovid.

Les mutations virales ont toujours existé

Les « mutations » récemment introduites dans le débat sont également naïvement reprises de l’arsenal du régime Corona : Que les mutations virales ont toujours existé, qu’elles continueront d’exister, qu’elles ne doivent pas nécessairement être dangereuses : Tout cela pourrait être connu des initiateurs de l’appel.

Les virus accompagnent l’homme depuis des milliers d’années

L’objectif proclamé de zéro infection va également à l’encontre des connaissances scientifiques : Les virus accompagnent l’homme depuis des millénaires. Ils font partie de la vie, tout comme la mort fait partie de la vie. Si vous voulez éradiquer les virus une fois pour toutes, vous devez éradiquer leurs porteurs : Les humains.

L’État est un instrument des gouvernants

Lorsque l’appel demande:

« Il faut immédiatement mettre en œuvre une stratégie commune à toute l’Europe, c’est seulement ainsi que l’on pourra combattre efficacement la pandémie. »

il dissimule soigneusement qui NOUS sommes. Jusqu’à présent, les stratèges de la lutte contre la pandémie s’asseyaient à la tête de l’État prétendant être NOUS. En réalité, il est l’instrument des gouvernants contre les gouvernés.

L’État, créateur de maladies

C’est à partir de cet état de fait que les auteurs de l’appel demandent maintenant une « une vision commune à long terme » et diffusent des « des plans d’action à l’échelon régional et national : dépistage, vaccinations ». C’est l’État qui s’est révélé un véritable producteur de maladies avec sa privatisation du système de santé. Il est maintenant censé rendre ses sujets sains : « ensemble », comme s’il n’y avait pas de contradictions.

L’industrie pharmaceutique n’apparaît à aucun moment.

Avec cette étrange neutralité, comme si l’État était au-dessus des classes, ils écrivent aussi sur la vaccination et affirment : « Les vaccins sont un bien commun. ». Le terme d’industrie pharmaceutique n’apparaît nulle part, pas plus que les milliards générés par la vente de vaccins.

Le doute est l’outil du débat scientifique

Pas un mot sur les opinions divergentes des scientifiques sur le coronavirus et leur suppression. Le doute ne semble pas faire partie de l’outil inconditionnel du débat scientifique. Aucune mention du front médiatique extrêmement fermé et sans contradiction.

L’appel conduit à un système de croyance

Au lieu de confronter le nouveau monde « Corona » à des questions et des doutes, l’appel conduit à un article de foi :

« La démocratie sans protection sanitaire n’est qu’une absurdité cynique. »

Comme si quelqu’un avait réclamé une telle démocratie, cette position de carton n’est invoquée que pour la frapper courageusement. Le texte vague poursuit en disant :

« La protection sanitaire sans démocratie mène à l’État autoritaire. »

Comme si la restriction des droits fondamentaux jusqu’à leur abolition existait pas depuis longtemps.

Comme si Merkel et Spahn avaient guidé la main des auteurs

L’appel culmine dans le désir d’un confinement total :

« La fermeture signifie : Nous réduisons nos contacts au minimum, aussi au travail ! »

Comme si Merkel et Spahn avaient guidé la main des auteurs. Parce que c’est ce que le gouvernement vise depuis des mois. Et derrière le majestueux NOUS, la volonté de gouverner est facile à découvrir.

Celui qui nomme pas le cheval et le cavalier, nie la réalité

La majorité des personnes qui ont appelé à la fermeture total ont probablement de bonnes intentions. Mais ceux qui ne veulent pas nommer le cheval et le cavalier dans la bataille des oppositions, qui ne veulent pas évaluer les différents intérêts, qui font confiance aux informations de l’appareil d’État, refusent de regarder la réalité en face.

C’est malsain. Au moins pour l’esprit.

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publier l’article.

+++

Source de l’image : https://zero-covid.org/

+++

Le KenFM s’efforce de présenter un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les messages des invités ne doivent pas nécessairement refléter les opinions du comité de rédaction.

+++

KenFM est maintenant disponible en tant qu’application gratuite pour les appareils Android et iOS ! Vous pouvez accéder aux magasins Apple et Google via notre page d’accueil. Voici le lien : https://kenfm.de/kenfm-app/

+++

Abonnez-vous dès maintenant à la lettre d’information du KenFM : https://kenfm.de/newsletter/

+++

Soutenez le KenFM maintenant : https://www.patreon.com/KenFMde

+++

Vous aimez notre programme ? Informations sur les autres moyens de nous soutenir ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec Bitcoins.

BitCoin Adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Hinterlasse eine Antwort